top of page

Résultats de recherche

30 éléments trouvés pour «  »

  • Qui arrosera les plantes quand je ne serai plus là?

    "Les bénévoles de l'association Être-Là ASP Var ont rejoint l'interprète sur scène après son spectacle décapant mais sensible et humain" L'association Etre là ASP Var, présidée par le D' Elisabeth Grimont-Rolland, a pour but l'accompagnement et le développement des soins palliatifs. Elle s'engage pour que chacun bénéficie de soins de qualité et puisse être entouré, apaisé, écouté alors même que le grand âge, la maladie ou la fin de vie peuvent isoler, fragiliser les personnes et ébranler leurs proches. Pour faire mieux connaître encore l'accompagnement en soins palliatifs et afin que de plus en plus de bénévoles puissent « Etre là », l'association a choisi de communiquer en produisant, salle Mozart, un spectacle intitulé « Qui va arroser les plantes quand je ne serai plus là ? », une comédie d'humour noir irrésistible écrite et interprétée par Anne de Peufeilhoux. Seule sur scène, l'interprète a proposé des solutions à des questions que chacun se pose mais aussi à celles qu'on n'osait peut-être même pas poser. Le public rit et en tout cas ne s'ennuie pas un instant; Anne invente. des tas de trucs, par exemple un scanner à QR Code pour être en relation avec l'au-delà ! L'association, qui veut développer son réseau, recherche des bénévoles d'accompagnement pour compléter son équipe actuelle. Toutes les personnes qui cherchent un engagement qui a du sens et qui peuvent offrir, après une formation interne, du temps et du réconfort sont les bienvenues. D.U. Var Matin du 28 mai 2024

  • A Mourir de Joie

    Retour en images sur notre Conférence Spectacle avec Annabelle, une Neztoile, un personnage fantastique formé à la relation d’aide et aux pratiques de bien-être avec comme devise : « Si on ne peut pas changer la vie, on peut changer le regard qu’on a sur elle. » Elle est allée souffler la joie à l’hôpital et elle est venu nous dire comment dédramatiser ces instants de fin de vie, en profondeur et légèreté. Sandra Meunier est art thérapeute depuis 20 ans. Avec sa conférence spectacle, elle nous a transporté dans un univers onirique, philosophique, poétique et humaniste. Elle nous a présenté une autre manière d’accompagner nos proches en souffrance et d’être heureux ou pas à base d’expériences profondément légères et en même temps drôles. Sa pratique d’accompagnement est novatrice car elle est centrée sur la quête de joie via le monde des arts et de l’imaginaire. Un magnifique message d’espoir rempli d’humanité et une merveilleuse soirée pour tous!

  • A MOURIR DE JOIE - La fin de vie, et si on en parlait autrement?

    Conférence Spectacle le vendredi 12 Mai 2023 à 19h à la Salle Mozart à Toulon avec Sandra Meunier, Art thérapeute

  • Flashmob organisée dans le cadre de la journée mondiale des soins palliatifs le 8/10/2022

    Parler des soins palliatifs autrement, sensibiliser le grand public, toucher les jeunes, étaient parmi les motivations des bénévoles de Être-Là dans le Var pour organiser une après-midi festive au centre-ville de Toulon. Si une météo menaçante n'a pas permis de dérouler le programme dans son intégralité, tous les présents ont cependant pu profiter des stands d'information, des ateliers et surtout d'une importante flashmob qui réunissait danseurs, bénévoles et spectateurs. Une très belle expérience qui pourrait bien devenir pérenne pour les 8 octobres à venir...

  • Flash Mob - Toulon - 08/10/22

    Dans le cadre de la journée mondiale des soins palliatifs, l’association Être-Là, ASP Var (accompagnement en soins palliatifs) propose un évènement festif avec le groupe Nomade Song, Flash mob et ateliers. Le samedi 8 octobre 2022 de 14h à 17h. Flashmob à 15h Place d'Armes , Toulon. L’objectif est de parler des soins palliatifs AUTREMENT, nous sommes tous concernés. Votre participation permettra de réussir cet événement intergénérationnel, joyeux et dynamique. Venez nombreux !

  • Conférence OCH - "Consoler, être consolé" avec Anne-Dauphine Julliand

    Anne-Dauphine Julliand est la maman de quatre enfants, dont deux sont décédés d'une maladie neurodégénérative. Journaliste, écrivain, elle est l'auteur de "Deux petits pas sur le sable mouillé" et a réalisé le film "Les Mistrals Gagnants". Ce soir, dans le cadre des conférences de l'OCH (Office chrétien des personnes handicapées), elle livre un témoignage sans fard et plein d'espérance sur le deuil. Enregistré le mercredi 14 octobre 2020.

  • Soins palliatifs en France : encore de grandes disparités entre les régions

    Le CNSFP (Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie) publie un nouvel Atlas national des soins palliatifs et de la fin de vie en France. Cette publication fait suite à l’annonce, par le Ministère de la santé, du prochain plan de développement des soins palliatifs. Cet Atlas « a vocation à appréhender les enjeux et les réalités de l’accompagnement de la fin de vie et de la place des soins palliatifs en France, aussi bien au niveau national qu’au niveau régional et départemental », précise un communiqué qui accompagne la publication. Une première édition de cet atlas avait déjà été publiée en 2018. 7 498 lits palliatifs ont été dénombrés en France, dont 1 880 en unités spécialisées (USP) et 5 618 lits identifiés soins palliatifs (lisp), soit une augmentation de 14 % par rapport à 2015. La France compte 164 USP, et 901 établissements accueillant des lisp. « D’importantes disparités géographiques persistent sur le territoire », puisque 26 départements sont dépourvus d’USP et 3 départements « se trouvent sous le seuil de l’objectif national de 1 lit pour 100 000 habitants ». Trois quarts des patients en soins palliatifs sont atteints de cancer, alors qu’ils ne représentent qu’un tiers des décès. L’état des lieux mentionne également 428 équipes mobiles (EMSP), dont « un quart des interventions se font en établissement médico-social et un tiers à domicile ». En moyenne, ces équipes sont composées d’ « un équivalent temps plein (ETP) de médecin, 0,1 ETP de cadre de santé, 1,5 ETP d’infirmier, 0,6 ETP de psychologue ». L’atlas met également en exergue les points suivants : L’hôpital enregistre plus de la moitié des décès, mais « plus les personnes vieillissent plus elles meurent à domicile ou en Ehpad », Le nombre de décès dépasse le seuil de 600 000 par an, et devrait atteindre 770 000 d’ici 2050, La part des plus de 75 ans devrait doubler d’ici 50 ans (10 % actuellement), Les deux premières causes de décès sont les cancers et les maladies de l’appareil respiratoire. Lire la suite

  • Marie de Hennezel : "On a volé leur mort aux mourants et un moment essentiel aux vivants"

    En lisant votre livre qui ressemble à un journal de bord du confinement, on a l’impression que vous assistez en direct à une régression. C’est exactement le sentiment que j’ai eu, l’impression d’un retour en arrière terrible. Toutes les avancées, durement acquises, ont été balayées brutalement. Depuis 1987 où j’ai commencé à travailler en soins palliatifs, nous avons essayé de valoriser l’accompagnement des mourants. Des lois ont vu le jour, la question de la dignité du mourir a été beaucoup débattue. Pour moi, cette dignité ne peut se résumer à choisir le moment de sa mort. Elle consiste aussi à pouvoir être accompagné, à dire au revoir à ses proches… Tout ce que nous avons mis en place depuis 30 ans s’est effondré ! Cela n’a-t-il pas été finalement un révélateur de notre rapport à la mort, à savoir un déni ? Nous arrivons effectivement au paroxysme du déni, comme je l’écrivais dans une tribune du Monde. Les experts scientifiques et nos politiques ont complètement sous-estimé l’importance des rites immémoriaux autour des morts, le fait de constater la mort, de faire l’adieu au visage, d’honorer le mort, de faire des obsèques dignes de ce nom. C’est à se demander si l’un d’entre eux avait déjà accompagné un proche en fin de vie… Voir la suite : https://www.lechorepublicain.fr/paris-75000/actualites/marie-de-hennezel-on-a-vole-leur-mort-aux-mourants-et-un-moment-essentiel-aux-vivants_13854091/

  • NOUVEAU - LANCEMENT DE WEB-SEMINAIRES MENSUELS EN LIGNE

    Bonjour, La SFAP a le plaisir de vous annoncer le lancement d'une toute nouvelle gamme de formation intégralement en ligne. Ce format court (2h) sur un thème précis et spécifique vous permettra de vous former sans aucune contrainte de déplacement. Ce format inédit, labellisé par la SFAP, vous est proposé au tarif de lancement de 20 €/web-séminaire (inscription individuelle uniquement). Une fois inscrit, vous recevrez quelques jours avant le lien pour participer à l'événement en ligne. Apres chaque web séminaire, une documentation courte (diaporama, ou une sélection de résumés/articles) vous parviendra. DEMANDEZ LE PROGRAMME ET INSCRIVEZ-VOUS Nous comptons sur vos inscriptions nombreuses à ces nouvelles formations digitales proposées. N'hésitez pas à nous tranmsettre par email vos souhaits de thèmes pour les prochains web-séminaires ! Contact : Elise Leblanc - Chargée de communication elise.leblanc@sfap.org - 06 43 65 63 55

  • COMMUNIQUÉ DE PRESSE 13 OCTOBRE 2020

    Journée mondiale des soins palliatifs : La SFAP se félicite de l’annonce du prochain plan de développement des soins palliatifs En 2005 puis en 2016 après de longues et riches discussions, notre société a fait le choix de l’accompagnement des personnes en fin de vie. Elle a voulu dire combien ces personnes comptent pour nous, combien nous avons tous, bien portants ou fragiles, notre place en son sein. Nous avons fait le choix de la solidarité plutôt que l’individualisme, de l’interdépendance plutôt que l’indépendance et de l’accès à tous et partout aux soins palliatifs. On nous répète constamment que l’on meurt mal en France. La généralisation est injuste mais la réalité l’est aussi et les inégalités criantes. Ce n’est pas une fatalité. Les soins palliatifs ne sont pas une option idéologique, ils sont un besoin de santé publique qui dépend d’un choix politique. Trop de patients qui en auraient besoin n’ont pas accès à une équipe de soins palliatifs. La génération du baby-boom vieillit et les besoins sont immenses. Le dernier plan de développement des soins palliatifs s’est achevé il y a bientôt 2 ans. Toutes les évaluations qui en ont été faites ont montré l’urgence de poursuivre et d’accroître l’effort collectif pour permettre à chacun de vivre jusqu’au bout dans la dignité. Les temps bouleversés d’urgence sanitaire et économique que nous venons de vivre ont rendu d’autant plus nécessaire ce plan de développement des soins palliatifs, quand l’incertitude des conditions de notre mort potentielle inquiète tant de nos concitoyens. La SFAP, qui réunit professionnels et bénévoles de soins palliatifs, a fourni plusieurs dizaines de propositions pour améliorer les conditions de vie des plus vulnérables. L’épidémie de Covid est venue montrer combien pour soigner les corps et soulager les cœurs de ceux qui sont malades, l’humain, proche, bénévole ou soignant, s’adapte, imagine et puise au plus profond de soi l’empathie, la solidarité et l’attention à l’autre. Les soins palliatifs peuvent alors aider à la paix des survivants. Vous les hommes politiques, qui avez au cœur le souci de bien commun, merci de nous donner aujourd’hui les moyens de faire notre métier, d’accompagner et d’être en votre nom à tous auprès de ceux, âgés ou malades, qui sont en fin de vie. Pour que la France soit à la hauteur des enjeux et des besoins, parce que les soins palliatifs permettent de vivre mieux et plus longtemps malgré la maladie grave, la SFAP se félicite de l’annonce par les pouvoirs publics de la confirmation de ce nouveau plan de développement des soins palliatifs tant attendu et ne doute pas de son caractère ambitieux. Nos patients, leurs proches et les soignants en ont réellement besoin. Contact  Presse    Elise Leblanc : Chargée de communication 06 43 65 63 22 – elise.leblanc@sfap.org Voir le lien : http://www.sfap.org/actualite/communique-de-presse-13-octobre-2020

bottom of page